Sensibilisation des femmes, enfants et hommes du village Kawama

 I. Introduction

Dans le cadre de sa campagne de sensibilisation sur la lutte contre l’impunité des auteurs de violences sexuelles depuis sa création, l’ACIDH, par le canal de son programme des Droits de la femme, enfant et personnes vulnérables, et l’ADIK[1] ont tenu une autre activité de  sensibilisation sur les notions de violences sexuelles, le comportement à prendre après un acte de violence sexuelle et les conséquences de ces actes, dans le village Kawama, en date du 22 Septembre 2016.

Ce village est situé dans le district du Haut-Katanga, territoire de Kipushi, à environ 20 Km de la ville de Lubumbashi.

 II.  Déroulement de l’activité

 L’activité a eu lieu le jeudi 22 Septembre 2016 à 10H 30’.

Avec le soutien de Monsieur Mamadou, Coordonnateur de l’ONGDH ADIK et la collaboration du Chef du village, 53 habitants, dont 18 hommes âgés de 28 à 76 ans et 35 femmes, âgées de 16 à 68 ans, ont été réunis. Toutes les couches de la population ont été représentées.

 Après la présentation de l’équipe de l’ACIDH qui était composée de trois membres : Mireille MBUYI  KELEKU, Ivette NSANGANA BIAYA et Petrus YAV, une série de « questions-réponses » a suivi avec les participants :

 Premièrement : Il a été demandé aux participants de définir le concept de « Violences Sexuelles » et de donner des exemples de différents actes de violences sexuelles. Après avoir recueilli les réponses des uns et des autres, l’équipe de l’ACIDH a :

  1. Procédé à la définition du concept comme un acte consistant à obliger une personne à subir, à accomplir ou à être confrontée à des actes d’ordre sexuel sans son libre consentement ;
  2. Enuméré les seize actes de violences sexuelles en les définissants les uns après les autres conformément à la Loi N°06/018 du 20 Juillet 2006 modifiant et complétant le décret du 30 Janvier 1940 portant Code Pénal Congolais.

Deuxièmement : Il a été porté à la connaissance des participants l’existence d’une Loi sanctionnant ces actes.

Télécharger le rapport



[1]ONGDH de Kawama, créée par ACIDH en 2013, grâce au financement de CORDAID